Console Syndrôme n°9 : Test Toy Story 3

Publié le par Le MAS

Ma notice en noir et blanc

  

Pour cette 9e séance en compagnie de l'équipe de Console Syndrôme, nous allons explorer le monde des jouets en compagnie d'Andy, Buzz et tout la clique. Oui votre mémoire vient de s'éveiller pour comprendre que nous allons vous proposer le test de Toy Story 3. Après l'hécatombe des jeux tirés de films, la balance s'équilibre maintenant dans le bon sens et ce jeu-ci tend à le prouver. Les raisons? Lisez-le ci-dessous et repensez au chef d'oeuvre de Pixar!!


Bonne lecture.

 

Chaque sortie cinéma d’envergure est précédée du jeu vidéo dédié. Alors que l’habitude nous a appris à nous méfier de ces adaptations, il faut bien reconnaître que le niveau moyen de ce genre de productions est en nette hausse. Voyons si cette constatation s’applique à Toy Story 3.

Toy Story 3 le jeu vidéo s’inspire bien évidemment du long métrage éponyme de Pixar, qui débarquera sur nos écrans français le 14 juillet prochain. En ce sens, le titre de Disney Interactive reste fidèle au métrage de base. L’univers est très bien retranscrit, d’abord grâce aux graphismes très propres, ensuite via la restitution des caractères des protagonistes principaux : Woody, Buzz et consort disposent en effet des mêmes doubleurs français que l’on retrouve dans les films. L’humour et l’ambiance globale respectent aussi à merveille la charte Pixar. Niveau scénario, là encore, on nous promet un synopsis qui s’inspire légèrement du métrage, sans en trahir tout le déroulement.

 

 

Le titre s’articule autour de deux modes de jeu. La section Histoire permet de prendre part à 8 niveaux au déroulement linéaire, mettant en scène Woody et sa bande, en proie au dédain d’intérêt d’Andy, leur « maitre », prêt à rentrer à l’université. Ces niveaux alternent les genres (action, plate-forme, infiltration, etc.) et font une large place à la coopération (seul, il est possible de switcher entre les trois personnages jouables, à savoir Woody, Buzz l’Eclair et Jessie, la jeune cowgirl ; autrement, deux joueurs peuvent prendre part à l’aventure en simultanée). Mais qui dit variations de gameplay dit risque d’éparpillement. En effet, si une bonne partie des niveaux restent agréables, certains sont franchement moins passionnant. Il ne vous faudra pourtant pas plus de 3 heures pour venir à bout de ce mode scénarisé, qui s’adresse donc avant tout aux plus jeunes, même si les tous petits risquent de galérer un peu s’ils n’ont pas d’expérience jeu vidéo derrière eux.

 

Le deuxième mode de jeu s’avère plus intéressant pour les joueurs plus âgés. Nous nous retrouvons face à monde ouvert où, à la manière d’un GTA simplifié, vous devrez déambuler dans la ville en acceptant des missions auprès des habitants. En général plutôt courte, ces quêtes vous permettent d’engranger facilement de l’argent qui sert à acheter de nouveaux bâtiments, des nouveaux autochtones et des nouvelles sections de la ville (par exemple, une fois acheté, le cheval Pile-Poil vous ouvre l’accès à des courses). Là où c’est intéressant, c’est que toutes les bâtisses et habitants de la ville sont customisables. Le principe reste addictif (avec l’argent obtenu, on débloque de nouvelles missions, qui rapportent encore plus d’argent) et la ville regorge de secrets et de challenges cachés (malgré sa petite taille apparente), sans compter sur la grande variété des objectifs proposés. On se surprend donc à passer plusieurs heures dans ce mode de jeu, qui s’avère plus libre et délirant que le mode histoire.

 

Toy Story 3 se révèle être un produit fignolé. Il restitue à merveille l’ambiance des longs-métrages de Pixar, ainsi que leur humour si particulier (même si vous vous marrerez moins que devant un film du studio). Ses deux modes de jeux permettent de varier les plaisirs et rendent le soft praticable par tous les public (les plus jeunes bien sûr et ceux prêt à s’émerveiller devant l’univers déployé). Le rythme inconstant et les quelques ralentissements constatés ne devraient pas empêcher les fans de Pixar de prendre du plaisir.

Publié dans reportage

Commenter cet article

Meenie Mo 05/07/2010 11:32


J'avais Toy Story 2 sur pc quand j'étais piti. C'est vrai que celui-ci a l'air de remonter le niveau mais ca aurait été se moquer du monde que de sortir un autre jeu immonde, car avec le recule je
me dis que le 2 était vraiment immonde x)