CS n°30 : Mickey et le jeu vidéo

Publié le par Le MAS

 

CS 30

Qu'il est difficile ce mois de décembre comme vous pouvez le voir, mais s'il y a bien une chose qui ne manque pas ce sont les articles de l'équipe de Console Syndrôme. On vous propose une petite analyse toute fraîche sur le personnage que Warren Spector a fait revivre il n'y a pas si longtemps que cela : Mickey. Si vous avez l'oeil affiné, vous constaterez que la souris la plus "HAHA" de tous les temps aime revivre par le biais du jeu vidéo. C'est le sujet de l'article de cette semaine, dans la douceur et la féerie. Un tour de magie que même les macaques aiment reprendre!! F-A-N-T-A-S-I-A-S-T-I-Q-U-E.

Bonne lecture.

Mickey

 

Le personnage de Mickey est emblématique. D’abord pour son propriétaire, le conglomérat Disney qui a fait de la petite souris sa mascotte numéro 1, mais aussi pour toutes les générations élevées aux dessins animés de la firme, où le personnage imaginé par Oncle Walt représente un repère constant, faisant écho à l’enfance et au bien être. Pourtant, Mickey ne paraissait plus être dans l’air du temps récemment. Jusqu’à la sortie de Epic Mickey ?

 

Mickey est une icône, mais qui se souvient du dernier grand dessin animé qui l’a mis en scène ? Les itérations annuelles de long-métrages d’animation issues de la firme américaine mettent en avant plus volontiers des personnages autres que cette mascotte. Comparable à Mario dans le rôle d’ambassadeur d’une marque et d’une philosophie, Mickey reste pourtant en retrait. Alors qu’on ne compte plus les jeux estampillés Mario et mettant en vedette le plombier italien (il n’y a qu’à faire le compte pour l’année 2010), témoignage de la confiance accordée par Nintendo à Mario pour faire vendre des machines et des jeux, Mickey reste curieusement absent, ou, au mieux VRP de la marque. La souris est même bien plus connotée pour la génération de nos parents, que la notre, plutôt élevée à Donald ou Picsou. Dépassé ? Has-been ? Il fallait bien préparer le come-back tonitruant du personnage numéro 1 du catalogue Disney.

 

Comme un signe des temps, cette riposte s’est focalisée sur le jeu vidéo. Il faut dire que l’héritage vidéoludique que traine le personnage a de quoi faire pâlir bien des développeurs : Castle of Illusion, Magical Quest, Mickey Mania, soit autant de titres de grande qualité passés dans le domaine du culte. Plutôt que de préparer un nouveau long-métrage qui mettrait en scène sa souris fétiche, Disney a donc choisi d’opter pour le jeu vidéo pour la remettre en selle. La démarche est logique : le loisir qui nous occupe est maintenant rentré dans les mœurs, et constitue le média numéro 1 auprès de la jeunesse et des jeunes adultes. Tout icône incontournable se doit de posséder son propre jeu vidéo, de préférence de qualité. Et comme nous l’avons vu hier, avec le test de Med, la souris n’a pas manqué son retour gagnant auprès de ses fans.

 

Le grand retour d’une mascotte traditionnellement associée au monde du dessin animé passe désormais par le jeu vidéo. Ceci en dit long sur le basculement qu’est en train d’effectuer l’industrie, devenue en quelques années le média de prédilection de toute une génération, qui ne tarde pas à éduquer sa jeunesse dans le même sens.

Publié dans reportage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article